Refuge en regle?

Publié le par Rainette2

Belgique, Evergem refuge ou camp d'extermination ?

 

Reçu de Kathi et Joëlle, SOS Lévriers

Parce que "l'humanité sans compassion est une malédiction", merci de signer cette pétition et d'écrire aux responsables ci-dessous :

 

Depuis 25 ans des milliers d'animaux souffrent la torture dans l'asile d'Evergem.  Dans le bac à chloroforme une trentaine de chats sont entassés pour suffoquer et mourir.  Le chloroforme fait exploser les poumons.  La présidente a 73 ans.  Elle ne comprend pas le supplice et la mort douloureuse des chats.  Des personnes sans connaissances médicales exécutent le travail.  Selon des témoins un employé du refuge a étranglé un chat parce qu'il avait soufflé vers lui.

Il n'y a pas d'hygiène.  Les lieux ne sont pas désinfectés, mais restent sales et dans la puanteur. Les animaux malades et sains vivent ensemble et se contaminent.  Un témoin vit un chat anesthésié se noyer dans un bol d'eau.  Une chatte ayant mis bas gisait dans une flaque de sang sans recevoir de soins.  Des chats se trouvent dans des cages à lapins.  La nourriture apportée par des âmes bienveillantes est partagée entre le personnel.

Faites savoir à l'asile et à la commune d'Evergem que vous n'êtes pas d'accord.  Il faut arrêter cet enfer dans lequel vivent les animaux !

 

Vendredi 25 juillet 2008

 

Nous recevons des plaintes innombrables au sujet de ce refuge.  Depuis 25 ans ils utilisent un bac à chloroforme pour tuer de nombreux animaux.  Que fait ce bac à chloroforme dans cet asile ?  Selon des témoins, des ex-collaborateurs et même des collaborateurs actuels du refuge, on balance 20 à 30 chats vivants tous ensemble dans un bac et on y verse du chloroforme.  Ensuite on met le couvercle et les chats subissent une mort très lente et douloureuse !!!  Le jour suivant on retire les cadavres et la caisse est prête pour une nouvelle fournée de petites victimes innocentes.

Les refuges sont tenus de respecter la législation sur le bien-être des animaux, mais à Evergem ils n’ont que faire de ces lois.  Dans la loi sur le bien-être des animaux, il est clairement indiqué que dans les refuges seul un vétérinaire peut euthanasier les animaux. 

Selon des témoins qui ont déposé des déclarations écrites (anciens collaborateurs du refuge), de nombreux animaux sont balancés dès leur arrivée dans le bac à chloroforme, tant par la présidente que par un de ses collaborateurs (un certain Johan).  Ce dernier a un jour étranglé de ses mains un chat adulte en présence d’une collaboratrice, parce qu’il avait soufflé sur lui (selon le témoignage de quelqu’un qui y travaille encore).  De nombreux animaux deviennent gravement malades dans le refuge (le typhus règne et rien n’est désinfecté).  Lorsque des chatons ou des chats adultes arrivent en bonne santé, ils sont mis dans des cages avec des animaux malades ou même mourants. 

Selon des témoins, une chatte est arrivée récemment avec 4 chatons et ils lui ont mis encore 8 chatons supplémentaires !  Un autre témoin a vu un chat anesthésié se noyer dans un bol d’eau.  Encore un autre témoin a sorti de là une chatte qui venait d’avoir des chatons prématurés, et qui gisait dans son sang sans que personne ne s’en occupe. 

Le vendredi 25 juillet, nous sommes allés à ce refuge pour essayer de remédier à cette situation.  Nous avons pu convaincre la présidente de nous confier 14 chats qui se trouvaient là dans une pièce sale et malodorante sans aucune aération.  Il y avait des chats dans des cages à lapins.  D’après des témoins, quand des gens viennent apporter de la nourriture pour les animaux, les collaborateurs l’emportent pour leurs propres animaux.  Les animaux ne reçoivent pas de nourriture en boîte.

La présidente âgée de 73 ans a affirmé que les chats qu’elle balance dans la caisse à chloroforme meurent sans douleur.  Il n’y avait pas moyen de discuter avec elle.  Elle disait seulement qu’elle ne tenait plus le coup.  C’est pourquoi nous avons décidé d’aller discuter avec les autorités pour mettre fin à ces pratiques et exiger qu’on mette en place une nouvelle direction et qu’on mette à la porte certains collaborateurs qui maltraitent les animaux.

Comment est-il possible que quelqu’un qui travaille dans un refuge étrangle un animal de ses propres mains ?  Comment est-il possible que la présidente et ce collaborateur tuent en masse des animaux dans une caisse à chloroforme sans le moindre état d’âme ?  Comment est-il possible qu’un asile subsidié puisse recueillir des animaux depuis 25 ans dans des conditions aussi atroces ?  Il n’y a donc aucun contrôle sur l’utilisation de ces subsides ?  Il existe des lois sur les refuges d’animaux, et elles ne sont pas appliquées . . .

Que diriez-vous si vous appreniez que l’argent de vos impôts sert par exemple à financer un home pour les personnes âgées, où ces gens seraient complètement abandonnés à leur sort ?  Que diriez-vous si votre argent servait à financer disons une école primaire, où personne ne s’occuperait des enfants ?

Trouvez-vous normal que votre argent soit utilisé pour exterminer des animaux en parfaite santé ?  La raison d’être d’un refuge c’est de recueillir et de soigner, et non de tuer systématiquement les animaux.  Il faut mettre fin à ces pratiques barbares.

Il y a des gens qui, en toute confiance, apportent un chat au refuge d’Evergem pour l’une ou l’autre raison (par exemple parce qu’ils ont trouvé un chat, ou parce qu’ils ne peuvent plus s’occuper de leur propre chat, ou parce que son propriétaire est décédé . . .) et ils supposent que l’animal sera bien soigné au refuge et trouvera une nouvelle famille d’adoption.  S’ils savaient ce qui se passe en réalité avec les animaux !!

Notre cœur saigne quand nous voyons comment on traite des animaux innocents et sans défense, alors que nous ici au Poezenboot nous nous battons pour sauver la vie de chaque animal.  Nous en perdons le sommeil, au besoin nous les prendrons chez nous.  Ici avec l’aide de nos membres fidèles nous donnons une chance à chaque animal . . .

Et lorsque, quand il n’y a pas d’autre solution, nous devons faire euthanasier un animal parce qu’il souffre d’une maladie incurable, notre vétérinaire s’en charge et cela se passe dignement (et avec beaucoup de larmes) et pas dans une sinistre caisse à chloroforme pour ensuite aller jeter les animaux quelque part comme des déchets !

Nous faisons tout notre possible pour faire changer les choses à Evergem, en nous espérons pouvoir compter sur votre soutien à notre action.

Chers amis, ne laissez pas simplement les choses continuer comme ça : faites-vous entendre !  Faites savoir à ce refuge que vous n’êtes pas d’accord avec leur manière de travailler !  Faites savoir à l’administration communale d’Evergem que vous n’admettez pas qu’ils ferment les yeux sur toutes ces atrocités !  Racontez-le partout et espérons que nous trouverons vite une solution pour ces centaines d’animaux qui, sans votre aide et la nôtre, sont promis à un destin affreux.

Mieke Schuddinck
De Poezenboot

Ils affirment dans les media que tout est en règle.  Nous demandons votre soutien pour mener des actions contre la maltraitance inadmissible des animaux dans ce refuge.

Signez cette pétition et regardez les deux séries de photos qui s’y trouvent :

http://www.thepetitionsite.com/1/is-het-dierenasiel-in-evergem-een-uitroeiingskamp-die-wordt-beheerd-door-harteloze-mensen-is-the

Nous avons des preuves, des témoins et des photos, pourquoi veulent-ils étouffer cette affaire ?

C’est pourquoi nous vous prions de participer à notre mailing:

o       Burgemeester en schepenen van Evergem

o       Gouvernement fédéral : Mme Laurette Onkelinx, Rue du Commerce 78-80, 1040 Bruxelles, tél. 02) 233 51 11,
mail :
r.leblicq@lo.fgov.be

o       Kris Peeters : Minister-president van de Vlaamse regering, Martelaarsplein 19, 1000 Brussel, tel.(02) 552 60 00

o       Gouverneur van Oost Vlaanderen

COURRIEL DE PROTESTATION
adresses à copier-coller :
 

A : burgemeester@evergem.be ; eric.collier@evergem.be ; martine.willems@evergem.be ; rene.spiessens@evergem.be ; maurice.claerhout@evergem.be ; kathleen.pisman@evergem.be

CC : kabinet.gouverneur@oost-vlaanderen.be ; liesbeth.vandormael@federaalombudsman.be ; kabinet.peeters@vlaanderen.be ; r.leblicq@lo.fgov.be ; mertens.rosa@skynet.be

Les lettres de protestation qui nous parviennent seront transmises personnellement.

Les membres des associations peuvent envoyer leur logo, pour que nous le placions sur notre site en signe de soutien, ce que nous apprécions beaucoup.

Envoyez une lettre de protestation contre la maltraitance des animaux à Evergem (Meetjesland).

Nous voulons savoir la vérité !!!

Les subsides qu’ils reçoivent des communes sont injustifiés.  Le contribuable participe sans le savoir au maintien de cette maltraitance.  Le personnel qui travaille dans ce refuge est complètement incompétent et, selon les témoins, cruel envers les animaux.

Qui était au courant?  Et qui est responsable de cette situation ?  Il est grand temps qu’on apporte de la transparence dans ce dossier.  Les habitants de Evergem et de Waarschoot ont le droit de savoir qui est impliqué dans ce scandale, et de savoir à quoi servent leurs taxes communales.

 COURRIER UNANIMUS DE CE JOUR :
http://unanimus.over-blog.com/article-22472913.html

 

Messieurs, Mesdames,
L'HUMANITE SANS COMPASSION EST UNE MALEDICTION.
Après avoir regardé les photos de cette pétition et avoir signé, j'en appelle, ainsi que tous les membres signataires de notre charge, présidents d'associations et humanites, à votre attention.

Les faits exposés sont gravissimes. Nous vous prions de faire cesser ces monstruosités et de nous tenir informés, nous citoyens de l'Europe de la Compassion et de l'Humanité, des démarches entreprises à l'encontre des tortionnaires de ce refuge.

Très sincèrement
,
J. P. O.
Mouans-Sartoux, 1ère ville de France Amie des Animaux et Anticorrida

par Unanima

Commenter cet article

Atome de SAG 06/09/2008 01:49

Bel article, merci pour les animaux, et bonnes salutations de Stop Animals Genocid ;-)